+

?

atelier

alassoeur

Le site retenu pour réaliser la nouvelle mairie d'Ardentes se situe à l'interface entre deux quartiers, Le quartier Saint Martin et le quartier Saint Vincent séparés par l'Indre. Cette rivière est un atout du lieu mais elle est aujourd'hui peu mise en relation avec le parvis de l'église notamment.


Le bâtiment est compact pour dilater l'espace public en périphérie, il se positionne au milieu d'un jardin ouvert. Dès lors toutes les façades sont importantes et créent des relations avec leur environnement proche. L'entre deux mis en place singularise le bâtiment en lui donnant son caractère institutionnel, le place au milieu d'un écrin.  La perméabilité recherchée se met en place favorisant l'ouverture vers la rivière. De simples graminées et herbes folles dessinent l'esprit du jardin. Par endroits des arbustes ponctuent et délimitent des espaces.


Le bâtiment tend des relations fortes avec l'extérieur. La salle des mariages et la salle du conseil se poursuivent vers le jardin. Les limites entre l'intérieur et l'extérieur s'estompent. A l'étage des bureaux s'ouvrent largement sur la place de l'église et le bureau du Maire occupe une place singulière. Cet évènement, le large porte à faux crée un signal au niveau de l'espace urbain et marque également le passage de la ville dans la modernité.

Ailleurs une toiture terrasse accessible permet de bénéficier d'une vue panoramique sur la rivière et le quartier Saint Martin.

L'échelle de la mairie s'accorde avec le bâti voisin. Une construction à étage s'imposait pour garantir l'urbanité au projet et l'inscrire dans le tissu existant.


La compacité du bâtiment est quelque peu perturbée par le jeu des volumes. Ces derniers créent une animation qui s'unifie autour d'un unique matériau : le zinc pigmento brun. Ce métal noble possède une couleur correspondant parfaitement à l'esprit du lieu. En effet très proche de l'écorce des arbres elle rappelle en mémoire une donnée importante de la ville d'Ardentes, l'industrie du bois.


L'emplacement retenu pour l'entrée est emblématique, il est à la rencontre entre les deux quartiers et signalé par une extrusion du volume formant un porche coté parvis. Ce dernier reçoit la rampe qui mêne au stationnement et est à l'articulation du système viaire.


Le projet se répartit sur deux niveaux. Le rez de chaussée accueille l'ensemble des services dédiés au public. Les autres locaux, en particulier les bureaux des élus se trouvent à l'étage, accessibles par un véritable escalier et un ascenseur. La mairie possède en effet un étage au sein duquel se répartissent les bureaux mais aussi des lieux de stockage comme les archives ou une terrasse extérieure.

La mixité bois béton est retenue comme principe constructif pour cette nouvelle mairie. Ainsi sur un squelette en maçonnerie, un manteau en bois recouvert de feuilles de zinc forme la façade et englobe la structure en faisant disparaître tous les ponts thermiques. Ce mode constructif est très intéressant car il permet de tirer avantage des atouts de chaque matériau : l'inertie du béton et l'efficacité thermique du mur à ossature bois. Ce mode constructif fait largement appel à la préfabrication pour les murs et permet d'optimiser le temps du chantier.

Ce mode constructif façonne l'ambiance intérieure recherchée. Ainsi la dalle béton du plancher haut reste apparente dans les pièces principales. Outre la texture apportée, la matière participe activement au confort intérieur des occupants en régulant la température. Dès lors tous les fluides circulent en sous face, dissimulés derrière des plafonds ponctuels support de l'éclairage artificiel (direct et indirect) et corrigeant l'acoustique des lieux. La structure est optimisée pour avoir des sous faces lisses sans poutre visible.


La salle du conseil occupe l'angle sud ouest du bâtiment et bénéficie d'un accès direct depuis la rue de la Gare ainsi qu'un large panorama sur la rivière. A coté la salle des mariages s'ouvre sur l'autre angle et se prolonge largement vers l'extérieur en direction de la rivière mais aussi des bâtiments voisins. Elle est également accessible depuis l'espace public par un cheminement abrité qui ceinture le bâtiment. Ces pièces reçoivent un sol en parquet de chêne issus de la forêt voisine.

De larges panneaux verticaux en métal perforé filtrent la lumière et peuvent être disposés à la demande pour se protéger des rayons du soleil.


Les locaux de service sont implantés au nord et bénéficient d'une sortie directe sur l'extérieur, y compris pour la salle de convivialité.


Un escalier en béton, souligné de bois, comprenant marches et contremarches, mêne le visiteur au premier étage pour une rencontre avec un élu par exemple. Le volume et les parois accueillant l'escalier jouent un rôle important dans la conception bioclimatique du projet. En effet, largement ouvert sur le sud et pouvant être occulté par des stores, cet espace capte les rayons du soleil l'hiver et participe ainsi en partie au chauffage du bâtiment.


La compacité et l'unité du bâtiment induisent la mise en oeuvre d'une toiture terrasse dont le matériau disparaît au profit de celui des façades.



La nouvelle mairie apparaît donc comme émergeant de terre au milieu d'un jardin, ajustant ses volumes aux gabarits existants et reprenant également leur directions. L'unité de matériau et de couleur est simplement interrompu par des parois vitrées mettant en relation l'intérieur et l'extérieur amplifiant le signal émis par le bâtiment.




maître d’ouvrage :        Ville d’Ardentes / OPAC 36


année de réalisation :   concours 2013


SDO      :                      703 m²


coût :                            1 240 000,00 euros h.t.


équipe :                         E. Alassoeur, architecte mandataire

                                      Combiosol, bureau d’étude thermique

                                      Etelec Potron, bureau d’étude électrique

                                      D. Puychaffray, économiste

                                      Cabrol Betoulle, bureau d’étude structure








1 2 3 4 5






1